lundi 31 mars 2014

Entre rêve et réalité


Tartine : J'ai vu deux jolis films la semaine dernière. Des films sur le rêve, sur les histoires qu'on s'invente pour enjoliver la réalité.

Jeannine : Je reviens justement de mon cours de qi gong ! 

T. : ... Quel rapport ?

J. : Ah, ben aucun mais je vais aller prendre une douche.

T. : Donc tu n'as pas le temps.

J. : Si, si, ça me donnera des idées pour ce week-end ! 

T. : Le premier, c'est Saving Mr Banks (Dans l'ombre de Mary in french) de John Lee Hancock, avec les vétérans Emma Thompson et Tom Hanks. Le second c'est La Vie rêvée de Walter Mitty de et avec Ben Stiller.

J. : Ah oui ! Mais ça ne parle pas de sport !

T. : Mais je n'ai jamais dit que ça parlait de sport.

J. : T'es sûre ?

T. : Affirmative. Saving Mr Banks raconte les déboires de Walt Disney au début des années 60 pour convaincre la romancière Pamela Travers de lui céder les droits d'adaptation de Mary Poppins, celui de ses romans auquel elle est le plus mystérieusement attachée. La Vie de Walter Mitty conte l'histoire d'un homme ordinaire, coincé dans son quotidien et dont les rêves sont les seuls moments d'évasion. Jusqu'au jour où il trouve le courage de passer à l'action dans le monde réel.

J. : Il devient manager d'une équipe ? 

T. : Pas du tout. Ce sont deux beaux films, qui on des attaches communes : on a deux célibataires très enfermés dans leur solitude. Elle vit dans ses souvenirs depuis des années, impuissante à surmonter le drame qu'elle a vécu dans son enfance. Il est dans l'incapacité de se sortir de ses "bulles d'absence". Elle va revivre cette réalité douloureusement enfouie et lui va se retrouver plongé dans le monde réel pour la première fois.

Saving Mr Banks est, certes, conventionnel dans sa mise en scène, et il s'égare un peu dans les flash back, mais il est aussi savoureux, juste et émouvant. Et on y retrouve une Emma Thompson magistrale, accompagnée d'un Tom Hanks délectable et roublard. On passe un très joli moment de cinéma.Quant à La Vie rêvée de Walter Mitty, c'est le plus beau film de Ben Stiller, décidément aussi doué pour le jeu que pour la mise en scène. C'est mélancolique, inventif et très touchant. On dirait du Capra. Ça fait du bien.

J. : Bon, ben je vais prendre ma douche, moi !









Aucun commentaire:

Publier un commentaire